LE CLUB, SON HISTOIRE

1947      044  2017s-l2259P7ZS7FX

Le club nautique Eguzon est une association née en 1947. Elle fête ses 70 ans.

Le sous-préfet de La Châtre certifie avoir reçu de Monsieur Graveraux Jean René, secrétaire général, une déclaration en date du 29 juillet 1947 par laquelle il fait connaitre la constitution d’une association ayant pour titre  » CLUB NAUTIQUE EGUZON », dont le siège est à Chambon, Maison Barbaud, commune d’Eguzon ainsi que deux exemplaires des statuts de la société.

La société est administrée par un conseil d’administration composé comme suit:

Président:  Monsieur Albert Clément.

Secrétaire général: Monsieur Jean René Graveraux.

Trésorier: Monsieur Charles Bonnaire.

Secrétaire des courses: Monsieur Jean Malleret.

Par devant Maitre Hivernat notaire à Eguzon Indre soussigné ont comparu:

Albert Clément, gérant de société demeurant à Paris, Jean René Graveraux, industriel à Argenton sur Creuse, Charles Bonnaire, Pharmacien à Argenton sur Creuse, Jean Malleret, négociant à Issoudun, lesquels ont par ces présentes, établi ainsi qu’il suit les statuts d’une association qu’ils se proposent de fonder.

                                      -2017-

Au centre Frédéric  Théret Président. A droite Alec Gerbaud et à sa gauche Jean marie Denis membres du Conseil d’administration.

BUT:

Association club nautique Eguzon; développer le goût des sports nautiques; préparer la jeunesse aux carrières maritimes nationales et pratiquer plus particulièrement la navigation à voile et d’une façon générale tous les sports nautiques. Les moyens d’actions sont la navigation sur le lac du barrage d’Eguzon.

1950

  s-l225142060016784_1_0_1

Le lac; trois cartes postales de 1950.

$(KGrHqV,!ikE5ev,UteCBOgIuooG3g~~60_57 copie-800-de-la-petite-fille-ski-de-figure

Denise ne connaissait pas les conventions . A l’époque , celles du ski nautique n’existaient pas , les dimensions normées du tremplin étaient inconnues , celles du slalom ou des retournements naissaient .

Elle pratiquait ce sport comme on pratique un jeu inventé en dernière minute dans toutes les disciplines : saut , slalom et figures . A la fête du lac on pouvait la voir en mariée suivie d’un cortège de noce en tenue d’autrefois sur les skis artisanaux fabriqués deux jours avant , passant au plus près des rives à Chambon devant la foule étonnée . Scène de jeu : les bateaux ralentissent , noient tout le monde et redémarrent en trainant un cortège mouillé .

On pouvait la voir en cygne-arrière , une trompe de chasse à la main – la photo existe- comme s’il était naturel de sonner le bat-l’eau sur un seul ski , une corde au pied tournant le dos au bateau tireur .

On pouvait la voir dans son rôle de « moniteur » enseignant l’art de se tenir sur l’eau à ceux qui voulaient bien tenter le jeu .

Accessoirement elle devint championne de France de ski nautique mais en ce temps là les concurrentes étaient rares et elle avait de l’avance .

denise-clement1  denise-clement3 denise-clement4

Denise Clément, Saut au tremplin début années 1970.

1979

cne nr 1979La nouvelle République de 1979. De droite à gauche: Elie Cazala: ancien Président du CNE, médaille de bronze de la jeunesse et sport, Rolland Guillaneuf: Directeur départemental de la jeunesse et sport, André Gerbaud, Président du C.N.E, Alec Gerbaud, et je me risque Monsieur Pierre Roger trésorier du club ?

Beau bateau sur le lac d’Eguzon. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Définition du ski nautique dans le dictionnaire Larousse de 1968.

Ski nautique: sport dans lequel l’exécutant tiré rapidement par un canot automobile, glisse sur l’eau en se maintenant sur un ou deux patins de bois……

Histoire du ski, nautique

Le ski nautique fut expérimenté en France dès 1920, sur le lac d’Annecy (Haute Savoie), puis repris par le Français Pierre Balthier, qui a enseigné le ski nautique à Raphaël et Stéphane Sevain, alors âgé de 18 ans, en 1922, sur le lac Pepin, (d’abord en essayant avec des douelles), prélevées d’un tonneau, puis des skis de neige et enfin, après ces tentatives infructueuses, avec de larges skis en bois qu’il fabrique lui-même, avec des spatules à l’avant et à l’arrière, pendant que son frère conduit un canot à moteur), qui fait aujourd’hui office d’inventeur de cette activité. En 1925, Fred Waller dépose un brevet pour les premiers vrais skis nautiques appelés Dolphin Akwa-Skees.

En 1940, Jack Andersen met au point le premier ski pour faire des figures. C’est un ski plus petit, plus large et qui n’a pas de dérive.

Ce sport est popularisé par l’actrice américaine Esther Williams dans le film Désir d’amour (1953).

Le ski nautique a fait une seule apparition aux jeux olympiques d’été, en 1972 en tant que sport de démonstration.

Le Matériel

Les premiers skis étaient faits en bois. Depuis la fin des années 1970, la fibre de verre, a fait son apparition, puis d’autres matériaux comme le carbone ou le graphite. Les skis de compétition actuels sont majoritairement réalisés en carbone, pour sa rigidité, longitudinale et en torsion, et sa légèreté. Les skis nautiques ressemblent aux skis alpins, mais ils sont plus larges. Les fixations, ici appelées chausses, sont en caoutchouc, de manière à permettre un déchaussage du pied en cas de chute. En slalom et surtout en figures, un nombre croissant de compétiteurs utilisent des chausses avant rigides, dites « chausse technique » ou « chausse tec », composées d’une coque similaire à celles utilisées pour les rollers en ligne, actuellement la seule marque qui fabrique des chausses techniques est « Reflex », et d’un système de fixation issu du ski de randonnée permettant un déchaussage identique à celui du ski alpin en cas de chute violente. Les skis comportent également une dérive, éventuellement réglable, à leur extrémité arrière.

Les principales marques de skis actuelles sont américaines  : Connelly, D3, Goode, O’Brien, HO, Jobe, Radar… La plupart des marques européennes qui existaient dans les années 1960 ou 1970 (telles les marques françaises SIMS ou Horn, la marque italienne Freyrie) ont disparu. Le fabricant autrichien d’articles de sport en composite Fischer a lancé en 2006 un ski haut de gamme en carbone (le modèle « #01 »), très performant selon les essais publiés. C’est cependant sous la marque Razor Skis que ces skis ont été commercialisés à partir de 2010. Un autre fabricant autrichien, SansRival, commercialise des skis de slalom en carbone de haut de gamme depuis 2010. Enfin, les repreneurs de la marque française Reflex, à présent basée à Toulon, développent une gamme complète de skis de slalom et de figures, mais aussi de fixations et accessoires.

Les skieurs peuvent être tirés par un bateau ou par un cable de téléski nautique.

Les skieurs sont tirés par une corde attachée au bateau à une extrémité et avec une poignée, le palonnier, à l’autre. Ils sont tirés par le bateau, mais peuvent se déplacer latéralement en modifiant leur centre de gravité.

Le ski est possible derrière un petit bateau équipé d’un moteur hors bord d’une quarantaine de chevaux, toutefois les bateaux utilisés en compétition mesurent habituellement entre 4 et 6 mètres, et présentent certaines particularités: ils sont motorisés par des moteurs de 300ch ou plus de puissance, pour le couple du moteur qui permet des accélérations franches au démarrage puis le maintien d’une vitesse constante malgré la traction du skieur, qui peut être très forte en slalom. Par ailleurs, ils présentent un plan de pont très dégagé, avec un poste de pilotage avancé : de cette manière, le moteur et le mat de traction auquel est attachée la corde sont près du centre de gravité, afin d’éviter un louvoiement de la poupe lorsqu’un skieur slalome derrière le bateau. Enfin, les œuvres vives du bateau ont une forme particulière, afin de créer un sillage le plus plat possible. Ce dernier point distingue les bateaux de ski nautique et ceux de wakeboard, qui doivent créer une vague de sillage haute afin de permettre des sauts.

Les principales marques de bateaux de ski nautique sont également américaines, ou australiennes : MasterCraft, Correct Craft, Tige, Malibu, Centurion, Moomba…

En France, la présence de deux personnes est requise à bord du bateau tracteur, l’une se consacrant à la conduite du bateau et l’autre à la surveillance du skieur.

2 commentaires


  1. Bonjour,

    Je retrouve votre site avec un immense plaisir car j’y découvre la photo de mon grand-père M. Pierre Roger, 1979 (malheureusement décédé la même année). J’ai passé toute mon enfance et adolescence dans ce Club nautique et en garde des souvenirs inoubliables.

    Bien amicalement à vous,

    Répondre

    1. Bonjour,
      Je me souviens très bien de Monsieur Pierre Roger qui avait sa maison à Chambon au dessus du club. Il aidait à la trésorerie du Club Nautique Eguzon,
      et aidait comme bénévole.
      Bon dimanche
      ALEC GERBAUD

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *